a-tire-d-ailes.blog4ever.com

solidarité, poésie, Burkina Faso partage de savoirs, idées de loisirs accessibles

ABC BURKINA......"...empêcher de spéculer sur la faim dans le monde..."

abc Burkina n° 386

Monsieur Chocolat peut-il être condamné pour crime économique ?

 

 De quoi s'agit-il ? Anthony Ward, surnommé «Chocolate Finger», aurait racheté via son fonds Armajaro près de 7% de la production mondiale de fève brune afin de faire monter les prix, et d'empocher une plus value importante, comme il l'a déjà fait par le passé. Et de fait, les prix du cacao atteignent leur plus haut niveau depuis 33 ans.

 

  « La spéculation sur les matières premières prend des proportions démesurées. Dernier exemple en date: le rachat la semaine dernière, par le fonds spéculatifs britannique Armajaro, de près de 240.100 tonnes de cacao sur le marché londonien du NYSE Liffe. Soit 7% de la production mondiale de cacao, ou 15% des stocks mondiaux et 25% des stocks européens estimés !
D'après le Wall Street journal, le fonds aurait déboursé près d'un milliard de dollars pour cette livraison. Il s'agit de la plus importante quantité de fève brune livrée en 14 ans sur le marché.
Le fonds aurait passé ses ordres par le biais de plusieurs maisons de courtages et banques agissant sur les marchés de matières premières, dont BNP Paribas qui aurait contribué à l'achat de 102.450 tonnes. Comme en témoigne l'agitation qui secoue le marché de la fève noire depuis la semaine dernière, l'opération est une réussite: les cours du contrat de juillet, arrivé à échéance jeudi 15, ont grimpé mercredi jusqu'à 2725 livres la tonne. Du jamais vu depuis septembre 1977. » (Le Figaro du 23 juillet 2010 )

«Armajaro tente de nous enlever le cacao de la bouche en nous faisant payer le prix fort», s'agaçait un trader londonien dans les colonnes du Wall Street journal mercredi. Pour le moment, Armajaro n'a pas souhaité commenter les critiques.

 

Des critiques qui sont de deux ordres. Les premières proviennent de ceux qui n'apprécient pas de devoir payer plus cher les fèves de cacao. Ceux-ci trouvent que Monsieur Chocolat a été trop loin, mais ils reconnaissent que ce dernier n'a rien fait d'illégal. Ils se rangent sous l'avis du NYSE Liffe qui a tenu à rappeler aux traders : «Bien que nous soyons attentifs à vos remarques concernant la volatilité, il n'y a, selon nos investigations, aucune preuve d'acte abusif ni aucun acteur du marché qui agit dans le but de distordre les prix sur les contrats de juillet», explique le Liffe dans un courrier.

 

  D'autres critiques sont plus radicales. Il y a ceux qui à cette occasion rappellent que les banques ne sont pas seulement à l'origine de la hausse des prix du chocolat, mais aussi du café, du pain, et demain (comme hier) du maïs et du riz ! C'est ainsi que le World Development Movement estime que l'année dernière, Goldman Sachs a fait 1 milliard de dollars de bénéfices provenant de la spéculation sur les denrées alimentaires.

C'est pourquoi, « bien que légal, cet achat massif relance le débat sur le renforcement des règles régissant les transactions du marché alimentaire. En avril dernier, Christine Lagarde jetait un pavé dans la mare en réclamant la création d'une agence européenne chargée de contrôler ces marchés. Le président américain Barack Obama, qui a promulgué mercredi la plus vaste réforme de la régulation du système financier, a tenu à inclure au projet une limite dans les spéculations sur les marchés des matières premières alimentaires». (Le Figaro du 23 juillet 2010, même référence).
Le World Development Movement invite les militants de la solidarité internationale à porter plainte contre les banques qui participent à la spéculation alimentaire en adressant une lettre à la la Financial Services Authority ( l'adresse de la Financial Services Authority est 25 The North Colonnade, Canary Wharf, Londres E14 5HS, Royaume-Uni. Site Internet : www.fsa.gov.uk. ).

Il me semble que nos amis de Peuples Solidaires pourraient entreprendre une action similaire
comme ils savent si bien le faire en invitant les membres de leur réseau à écrire à Christine Lagarde ou/et au président de la commission européenne pour que soit instaurer une régulation financière capable de mettre fin à la spéculation alimentaire.


Adam Smith, nous le disait : "le spéculateur est un être qui privilégie en toute circonstance son intérêt aveugle, avec un mépris total de l'humanité". Il faut donc l'empêcher de spéculer sur la faim dans le monde.

Koudougou, le 26 juillet 2010
Maurice Oudet
Président du SEDELAN

___________________________________________________________
Vous recevez cette lettre d'information car vous êtes inscrit
sur http://www.abcburkina.net.



27/07/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres