a-tire-d-ailes.blog4ever.com

solidarité, poésie, Burkina Faso partage de savoirs, idées de loisirs accessibles

notre projet" 600 arbres à Soumousso", la COP 21 et l'Afrique, le festival AlimenTerre

        L’Afrique et la COP 21 de Paris : Le sacrifice à faire

mercredi 5 août 2015

Le réchauffement de la planète est bel et bien réel et ce n’est pas de la fiction. Nul besoin d’être écologiste pour s’en convaincre. Inondations, sécheresses, températures extrêmes rythment le quotidien de « sept milliards de voisins ». Du 30 novembre au 11 décembre 2015, tous les regards seront tournés vers la 21e Conférence des Parties (COP21) à Paris qui ambitionne « contenir le réchauffement de la terre en deçà de 2°C ». L’Afrique qui paie déjà un lourd tribut des dérèglements climatiques devra parler d’une même voix et du même coup consentir des sacrifices.

D’où viendra le compromis qui permettra de déboucher sur un accord international sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre ? La COP 21 n’a pas droit à l’erreur et les pays le savent. Si des pays comme la Chine et les Etats-Unis d’Amérique ont déjà réaffirmé leur engagement à réduire leur émission de CO2 (dioxyde de carbone), l’Afrique tarde à comprendre qu’elle n’est pas la seule victime. Le dérèglement climatique est l’affaire de tous les Etats qu’ils soient riches, émergents ou en voie de développement. Rien ne sert de jeter la pierre au premier venu.
Quand Ouagadougou était sous les eaux le 1er septembre 2009, qui était responsable ? Etaient-ce le Brésil, l’Inde, l’Afrique du Sud ou la Côte d’Ivoire ? Certainement pas ! A qui la faute lorsque des « camions-corbillards » transportent des tonnes de bois des maigres forêts vers les villes ? A qui s’en prendre quand la part les contraintes climatiques n’est pas prise en compte par les politiques socio-économiques des Etats africains ?

La bonne gouvernance, le pas à franchir

Même si le « Berceau de l’humanité n’attend que des actes concrets à cette COP 21, il doit faire avancer la locomotive de la mobilisation financière tout en prenant des engagements. Les pays africains doivent saisir cette opportunité en adoptant une position commune, même si les besoins sont différents. Le financement pour lutter contre les changements climatiques est crucial et il est prévu la création d’un fond vert de 100 milliards de dollars d’ici à 2020. Si l’on ne prend garde, l’aide financière aux Etats risque d’alimenter des comptes en Suisse ou de sommeiller dans des cantines privées plutôt que d’aller dans des projets visant à atténuer les chocs du dérèglement climatique et à améliorer l’adaptation des populations à long terme. Attention donc à la corruption et au détournement de fonds destinés à garantir l’équilibre de la planète ! Car le moindre centime volé ou dépensé inutilement vaudra bien à l’avenir des catastrophes naturelles sans précédent.

Regard d’espoir

Le paysan de Banfora, l’éleveur de Gorom-Gorom, la dolotière de Koupela, le commerçant de Pouytenga, le banquier de Ouagadougou, le lutteur de Toma et l’étudiant de Koudougou sont inquiets. Peu connaissent la conférence des parties qui se tiendra à Paris mais tous ne sont pas étrangers aux changements climatiques. Combien ont accès à l’information climatique au niveau national et régional. Très peu sans doute. Ils ont reçu un héritage, le Burkina Faso. Et ce pays est désormais, comme dirait l’autre, une dette qu’ils doivent laisser à la génération future. Alors, n’oubliez pas de prendre en compte les changements climatiques dans vos politiques socio-économiques. Ne l’oubliez pas.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Notre opération " 600 arbres à Soumousso"

s'inscrit dans cette perspective et dans l'objectif de la garantie de la souveraineté alimenterre...il est une goutte d'espoir dans cette immensité des possibles et eds efforts ...mais c'est une telle vague d'espoir que nos deux associations EDC37 et Benkadi portent dans notre village de brousse, soutenues par la collaboration de 1400 villageois, de notre école primaire de 667 élèves, sa classe éclairée, son préau d'études...on a déjà réussi tout cela ensemble alors ....on continue !!!!! devenez avec nous parrains et marraines d'un de ces arbres et semez avec nous ces rêves de mieux être, de fin de la disette et de recul du désert

 

Voici le projet résumé et le message de Samba :

 

 

                      « 600 arbres à Soumousso »

Projet de reforestation, amélioration des conditions de vie des habitants et des écoliers de l’école primaire de Soumousso            

Localisation au Burkina Faso  Région : Hauts bassins Province : Houet Village : Soumousso sur un espace vierge de 5 hectares acquis par l’association

Date du début du projet : 15 Octobre 2015

Fin du projet : 15 Octobre 2016

Montant total du projet : 3.455 .000FCFA =4681 euro

Partenariat association EDC37 France ( Envols Des Chrysalides 37 –siège social La Guerche et ABAES au Burkina Faso (Association Bonne entente des Anciens Elèves de l’école de Soumousso ) Depuis 2010 cela a déjà permis d’installer l’éclairage solaire et de construire un hangar d’étude couvert de 100 mètres carrés à l’école du village

OBJECTIFS

Promouvoir la reforestation : plantation de gmélina pour le bois de cuisson

Préserver la biodiversité :arbres natifs : manguiers, orangers, anacardiers, gmélina, plantation de haie vive

Pédagogie : évaluation et gestion des risques : incendie, divagation des animaux, entretien, technique solaire

Renforcer les capacités communautaires : coopérative de villageois- 1400 personnes impliquées dans la définition et la mise en œuvre du projet global, suivi collectif- implication des élèves de l’école primaire du village

Améliorer les conditions de vie : creusement d’une retenue d’eau, alimentation, conservation des fruits, vente

Durabilité

Au regard des changements climatiques le projet s’inscrit dans les politiques et priorités nationales forestières  La vente des surplus des fruits alimentera le budget qui pourra prendre le relai une fois le financement initial épuisé et contribuer à la poursuite des plantations et au séchage des mangues L’ amélioration a plus long terme de l’alimentation en période de soudure (entre saisons des plantations et des récoltes ) s’obtiendra par la conservation des fruits grâce à l’implantation d’un ou plusieurs séchoir solaire communautaire ( fabrication Bolivia Inti)

Bénévoles

L’exécution du projet est faite sur la base du bénévolat  Seuls les prestataires : le forgeron pour les grilles de protection des plants, les maçons pour le terrassement de la retenue d’eau, sont des professionnels du village.

BUDGET TOTAL                        Coût d’achat d’un arbre : 3 euro           Coût total pour un arbre = 7 euro

 

 

Activité

Poste de dépense

Coût Fcfa

Coût euro

 

Plantation : 500 fruitiers 100 gmélina

600 arbres achat, trouaison

   860.000

1307

 

Entretien

achat des sachets d'entretien des plants

   420.000

638

 

Arrosage

retenue d'eau, charrettes de transport

   400.000

608

 

Gestion des risques

grilles de protection des arbres

1.400.000

2128

 

 

déblocage des alentours (incendie)

 

 

 

Pédagogie

formation des membres de l'équipe

    375.000

 

 

 

de pilotage qui formeront les villageois et formaliseront le   suivi ( coopérative)

 

 

 

Amélioration des conditions de vie

Alimentation, vente du surplus des fruits, conservation par   séchage solaire

 

 

 

 

construction ultérieure du séchoir solaire  type Bolivia Inti

 

 

 

 

 

3 .455 000

        4681

 

 

Ouattara   Samba Secrétaire ABAES, directeur d’école coordonateur   sambaouattara2@gmail.com

 

Nama   Aminata Agent Eaux et Forets Instructeur

 

Kaboré    Lassane Pharmacien épidémiologiste   Président ABAES

EDC37 Eliane Chevilley Présidente edc37350@yahoo.fr coordination France

 

 

 le message de Samba

 

-------Message original-------

 

De : samba ouattara

Date : 29/10/2015 14:50:44

A : chevilley edc

Sujet : Mot pour animation du 30

 

Chers membres de l'association EDC ,chers invités à cette soirée du 30 octobre et au festival Alimenterre.
Je voudrais à travers cette note transmettre ce message  au nom de tous les membres de l'Association BENKADI  des Anciens Élèves de Soumousso(ABAES) et aussi les habitants du village de Soumousso
En effet le projet de reforestation du bosquets de l'association est d'une nécessité capitale pour nous à travers les objectifs que nous voulons atteindre qui sont entre autre la lutte contre l'avancé du désert ,le changement climatique la pauvreté des populations .
Cependant la mise en œuvre de projet nécessite la disponibilité de moyens financiers et matériel alors il était intéressant et voire nécessaire que notre association agisse avec votre association et des partenaire pour l'exécution de ce projet nouveau.
Nous remercions ainsi de passage tous ceux qui ont cru en notre projet et s'y sont investi pour sa réalisation .
Nous osons ainsi espérer une suite favorable à nôtre nouvel engagement commun .
Cordialement
OUATTARA Samba .
Éducateur de Jeunes Enfants, directeur du Centre d'Eveil et D'Education Préscolaire  
Secrétaire chargé des affaires socio-culturelles de l'association ABAES .

 

 

 

 

 



31/10/2015

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 72 autres membres